Evaluer la vulnérabilité des habitations pour mieux se protéger

Plusieurs communes sont traversées par la Sèvre Nantaise, la Moine, la Maine, la Sanguèze, l'Ouin ou encore leurs affluents. Ces communes sont concernées par le risque inondation. Certaines habitations sont soumises au risque de crues et ont parfois déjà été impactées par des inondations lors des épisodes historiques ayant touché le bassin versant. Afin d'évaluer la vulnérabilité de ces habitations, l'EPTB en partenariat avec des étudiants d'un Master spécialisé dans la gestion des inondations a réalisé des diagnostics entre le 20 et le 28 octobre 2014. Ces diagnostics de vulnérabilité s'inscrivent dans le cadre d'un Programme d'Actions de Prévention des Inondations (PAPI).

Limiter les risques pour les personnes et les dommages aux biens

Le bassin de la Sèvre Nantaise est soumis à des crues régulières dont certaines peuvent avoir des incidences importantes pour les biens et les personnes.
Pour les crues fréquentes (période de retour inférieure ou égale à 5 ans), les dégâts restent limités à quelques moulins, aux terrains de sports ou aux campings. En revanche, dès la crue décennale, beaucoup de maisons et commerces sont inondés entraînant de nombreux dommages. Aujourd'hui, si une crue centennale se produisait sur le bassin versant, les dommages s'élèveraient à plus de 7 millions d'euros.

La majeure partie des enjeux humains sur le bassin versant se situe le long de la Sèvre Nantaise et notamment dans sa partie aval (secteur le plus urbanisé). Les zones particulièrement à risque sont les zones de confluence avec les affluents. La Moine est l'affluent qui possède le plus grand nombre d'enjeux vulnérables, cependant ceux-ci sont très localisés, sur les communes de Cholet et Montfaucon-Montigné (ces deux communes comptent au total plus de 114 maisons inondées soit quasiment 90% des enjeux de l'ensemble du bassin versant de la Moine). Au contraire, la Maine (y compris la Grande Maine et la Petite Maine) possède des enjeux souvent isolés répartis sur tout son linéaire.

Les mesures de prévention ne suffisent pas à protéger l'ensemble des personnes et des biens soumis au risque inondation. Elles doivent être complétées par des mesures de réduction de la vulnérabilité qui permettent de limiter :

  • les risques pour les personnes,
  • les dommages aux biens dans la perspective de minimiser les travaux de remise en état,
  • et le délai de reprise de possession des lieux dans des conditions sanitaires satisfaisantes.

Le diagnostic de vulnérabilité : en quoi cela consiste exactement ?

Avant toute intervention en termes de travaux, il s'agit d'identifier précisément les mesures à engager et cela à partir d'un diagnostic de vulnérabilité d'un quartier ou d'un bâtiment.

Ce diagnostic a pour objectif d'identifier les solutions les plus efficaces (analyse coût-bénéfice), en déterminant la faisabilité des projets et en les pré-dimensionnant (pour l'évaluation du coût).

La réalisation de diagnostics de vulnérabilité sur le bassin versant

L'EPTB a décidé de mener des diagnostics de vulnérabilité, dans un premier temps pour les habitations au sein des communes les plus soumises au risque.

Communes concernées par l'étude "diagnostics de vulnérabilité"

 

Un partenariat avec l'Université de Montpellier.

Pour cette action, un partenariat a été engagé avec l'Université de Montpellier. En effet, dans le cadre de leur 2ème année de Master, Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels, les étudiants doivent réaliser un diagnostic de vulnérabilité, sur un territoire exposé à un risque naturel. Ceux-ci sont encadrés par des universitaires spécialisés dans le domaine des risques. Ils sont en mesure de déployer, sur un bassin versant, une démarche de diagnostic des biens situés en zone inondable et d'établir ainsi des recommandations de gestion, tel que prévu dans le PAPI.

Un projet en trois étapes

Ce projet se déroule en trois phases :

  • avant le travail de terrain : calage de la grille de diagnostic et travail de bibliographie et d'analyse des enjeux, en collaboration avec l'EPTB ;
  • phase de terrain : découverte du territoire et réalisation des diagnostics de vulnérabilité ;
  • analyse et rendu du travail de terrain : analyse des données et production d'un rapport d'étude.

L'implication du Master 2 Gestion des Catastrophes et des Risques Naturels permet de produire en un temps assez court, un relevé précis de l'état de vulnérabilité des biens situés dans les principales zones d'enjeux du bassin versant. Les résultats de cette étude pourront être exploités dans une démarche de travaux pour le compte des collectivités et des acteurs locaux.

Réduire la vulnérabilité de son habitation (consultez le détail de l'image ci-dessus dans la plaquette "Ensemble, maîtrisons le risque inondation de votre maison")

Consultez la plaquette "Ensemble, maîtrisons le risque inondation de votre maison"

Contact :

Adrien PAJOT-WAGNER

Chargé de mission inondations

Etablissement Public Territorial du Bassin de la Sèvre Nantaise

Moulin de Nid d'Oie 10bis route de Nid d'Oie CS 49405
44194 CLISSON Cedex

02.51.80.09.51

02.51.80.50.11

Envoyer un message