Redonner un cours plus naturel à l'Ouin pour favoriser la biodiversité et améliorer la qualité de l'eau

Dans les années 1980, l'Ouin et ses affluents ont fait l'objet de travaux hydrauliques agricoles (drainage, recalibrage de cours d'eau…). Déstabilisée dans son fonctionnement, la rivière a perdu sa dynamique naturelle et est devenue moins accueillante pour la faune et la flore. Un projet de restauration a été mené sur 430 mètres afin de retrouver une rivière vivante.

Vidéo : Redonner un cours plus naturel à l'Ouin

Objectifs

  • Retrouver des écoulements diversifiés
  • Recréer la diversité des habitats aquatiques
  • Protéger les berges et favoriser le retour de la végétation
  • Diminuer le réchauffement de l'eau par accélération du courant
  • Autocurer les zones envasées et oxygéner l'eau

Mise en œuvre

Maître d'ouvrage : SIVOM DE MAULÉON*

* Le SIVOM de Mauléon a été dissous au 31/12/2013. La compétence est transférée à la Communauté d'Agglomération du bocage Bressuirais.

Tout d'abord, les berges ont été protégées du piétinement des bovins par des clôtures et des abreuvoirs (pompes à nez) placés dans les prairies. Des arbres, essentiellement des aulnes, ont été replantés pour stabiliser les berges. Puis, des blocs de pierre et des cailloux ont été positionnés de part et d'autre de la rivière pour dynamiser et orienter le courant. Ils contribuent à limiter l'érosion du fond et des berges, et redessinent des méandres. À nouveau en mouvement, la rivière se façonne grâce aux sédiments et recrée des pentes douces (banquettes).

Des épis constitués de pierres et de petits blocs diversifient et orientent le courant. Ils limitent l'érosion des berges.

72 tonnes
c'est la quantité de graviers, pierres, cailloux et blocs qui ont été introduits dans le lit de l'Ouin pour favoriser la diversité des écoulements.

Le saviez-vous ?

Une rivière naturelle serpente et dessine librement son cours. Ses écoulements sont variés, lents ou rapides selon les pentes, sa largeur et les saisons. Ses fonds sont constitués de fosses, de radiers, de sable, de cailloux et de limons fins. Toutes ces conditions permettent à la rivière d'accueillir de nombreuses espèces.

"Je souhaite que la rivière redevienne un terrain de jeux et de pêche"

Le témoignage de ... Antoine Pasquier, exploitant agricole, earl le forgineau, la petite-boissière, partenaire du projet

Antoine Pasquier

 Pourquoi avez-vous souhaité vous impliquer dans des projets de biodiversité ?

Une de nos missions, en tant qu'agriculteurs, est de préserver les écosystèmes. Depuis quelques années, notre ferme accueille des expérimentations pour favoriser la biodiversité. Une zone humide, des mares et des haies bocagères ont déjà été recréées.

Des clôtures empêchent maintenant le bétail de s'abreuver dans la rivière. Quels sont les effets sur votre exploitation ?

Ces clôtures évitent le piétinement des berges par les bovins. Pour l'abreuvement, nous avons installé une dizaine de pompes de prairie qui prélèvent l'eau de l'Ouin. Ce système limite considérablement les risques d'infection pour le bétail. Et puis, les aulnes qui ont été plantés pour fixer les berges nous serviront dans quelques années de bois d'œuvre et de chauffage.

"La rivière est redevenue courante, l'eau est fraîche et plus épurée"

Et en tant que riverain de la rivière, comment percevez-vous ces interventions ?

Les travaux hydrauliques agricoles, réalisés dans les années 1980, avaient creusé et élargi le lit de la rivière.
Aujourd'hui, les aménagements sont pensés pour redonner un profil et un fonctionnement naturels à la rivière. Ce qui implique, en cas de fortes pluies, d'accepter que la rivière déborde de son lit.
Les prés, situés à côté, ont un rôle à jouer. Ils freinent le ruissellement de l'eau, la nettoient et retardent la crue.

Depuis les aménagements, que pensez-vous de la qualité écologique de l'Ouin ?

La rivière est redevenue courante, l'eau est fraîche et plus épurée.
Le résultat donne envie de poursuivre sur d'autres tronçons de l'Ouin. Des efforts restent à faire pour améliorer la qualité des eaux de rivière qui sont aussi nos sources d'eau potable.

Et qu'en est-il de la pêche dans l'Ouin ?

Quand j'étais petit, je venais à la pêche ici avec mon grand-père.
Il me racontait ses prises de vairons et de goujons. La pêche y était déjà moins bonne que dans sa jeunesse. Je souhaite que la rivière redevienne un terrain de jeux et de pêche pour mes filles !

Avant

Les berges sont abruptes et les sédiments se sont accumulés.

Après

Des blocs de pierre sont introduits pour diversifier le courant et limiter l'érosion.

Évaluation

Le réseau racinaire des arbres replantés a commencé à renforcer la structure des berges. La faune et la flore se développent. Prochainement, des pêches électriques seront réalisées pour dresser un inventaire des espèces piscicoles.

Coût et calendrier

  • Coût total du projet : 9 k€ HT
  • Les travaux ont été financés par l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (50 %), le conseil général des Deux-Sèvres (30 %)
  • et le SIVOM de Mauléon (20 %).
  • Réalisation des travaux : de 2011 à août 2013


En partenariat avec...
EARL Le Forgineau, EPTB Sèvre Nantaise

Contact :

Muriel RIBEYROLLES

Etablissement Public Territorial du Bassin de la Sèvre Nantaise

Moulin de Nid d'Oie 10bis route de Nid d'Oie CS 49405
44194 CLISSON Cedex

02.52.60.09.23

02.51.80.50.11

Envoyer un message