La qualité de l'eau en matières organiques

Dernière mise à jour le 10/11/2016

Les matières organiques sont présentes de manière naturelle dans les cours d'eau et proviennent de la mort des organismes vivants animaux et végétaux des cours d'eau et de ses abords. Elles sont aussi issues des rejets liés aux activités humaines. Elles peuvent être source de pollution pour l'eau au-delà d'un certain seuil.

Les objectifs

La qualité de l'eau en matières organiques est traduite au travers de plusieurs indicateurs. Parmi ceux-ci figurent le taux d'oxygène dissous et le le taux de Carbone Organique Dissous (COD). Pour ce dernier l'objectif fixé pour l'atteinte du bon état est de 7 mg/L (pour 90% pour  des prélèvements).

Respect de l'objectif en Carbone Organique Dissous en 2015

La carte ci-dessous présente pour chaque station le résultat obtenu pour l'année 2015 : respect de l'objectif (pastille verte) ou non respect (pastille jaune, orange ou rouge).

Vous pouvez agrandir la carte en cliquant sur le bouton en haut à droite de la carte.

En cliquant sur une station, vous pouvez afficher l'évolution depuis 2000 pour chaque objectif.

En 2015, sur les 33 stations suivies :

  • 3 stations repectent l'objectif de 7 mg/L de COD (moins de 10% de dépassements)
  • 11 stations présentent entre 10 et 40% de dépassements
  • 11 stations présentent entre 40 et 80% de dépassements
  • 8 stations présentent plus de 80% de dépassements

L'évolution depuis 20 ans

Le graphique ci-dessous représente la part des prélèvements dépassant ou non le seuil de 7 mg/L sur l'ensemble du bassin de la Sèvre Nantaise, de 1997 à 2015 (données insuffisantes en 1995 et 1996) .

En 2015, 48% des prélèvements analysés sur le bassin dépassaient le seuil de 7 mg/L.

Depuis le début des années 2000, la situation a faiblement évolué. Les années 2013, 2014 et 2015 présentent parmi les pourcentages de dépassements les moins élevés depuis 20 ans mais les dépassements sont cependant bien trop nombreux pour respecter l'objectif fixé par le SAGE.


Origine des matières organiques

La pollution des cours d'eau du bassin de la Sèvre Nantaise par les matières organiques provient en hiver majoritairement des rejets des bâtiments d'élevage bovin non réhabilités. 

En été, les deux sources majoritaires sont l'assainissement collectif et l'industrie. La viticulture représente la principale source de matière organique à la partie aval du bassin en période de vendanges (septembre-octobre). Les flux liés à l'assainissement non collectif restent faibles (SAGE 2005).

Les matières organiques lessivés atteignent les nappes d'eau souterraine par infiltration et contribuent à leur pollution de manière « retardée » par additions successives.

Effets

Dans l'eau superficielle et en période de hautes eaux, l'essentiel de la pollution organique est rapidement oxydée ou évacuée en dehors du bassin versant. Les conséquences d'un excès de matières organiques sont plus importantes en période de basses eaux, du fait des débits plus faibles et de la dilution moindre, notamment dans les petits affluents de la Sèvre (SAGE 2005).

Elles dégradent la qualité organoleptique de l'eau (odeur, saveur, couleur…) et peuvent se dégrader en composés toxiques pour l'homme (trihalométhanes), perturbant la production d'eau potable. La dégradation des matières organiques par les microorganismes consomme de l'oxygène. Donc plus la quantité des matières organiques est élevée, plus l'oxygène dissous dans l'eau diminue et n'est plus disponible pour les invertébrés et les poissons dont la vie est alors menacée. Enfin, les matières organiques contribuent à modifier l'équilibre biologique des milieux aquatiques en provoquant des phénomènes d'eutrophisation.

Dans l'eau souterraine, elles gênent la production d'eau potable.

Actions pour la reconquête de la qualité de l'eau

Retrouvez sur la page Les actions / Améliorer la qualité de l'eau, l'ensemble des actions de reconquête de l'eau.