Les pesticides, l'eau, l'environnement et la santé publique !

C'est un constat, la qualité des eaux vis-à-vis des pesticides est mauvaise sur le bassin versant de la Sèvre Nantaise. La commission locale de l'eau a fait de l'amélioration de la qualité de l'eau un enjeu prioritaire et a défini dans le ((SAGE)), un plan d'action visant la réduction de l'usage des pesticides par tous les usagers (collectivités, agriculteurs, particuliers ou encore gestionnaires d'infrastructures de transport).

Les pesticides, c'est quoi ?

Du latin, Pestis (fléau) et Caedere (tuer), les pesticides sont des produits qui ont pour fonction de détruire, repousser ou encore contrôler des organismes vivants jugés nuisibles (plantes, vers, insectes, champignons, bactéries, etc.). Les professionnels les désignent également sous le terme de « produits phytosanitaires » tandis que les textes réglementaires utilisent le terme de « produits phytopharmaceutiques ».

Les trois principales catégories de pesticides sont :

  • les herbicides : lutte contre les « mauvaises herbes»,
  • les fongicides : lutte contre les champignons,
  • les insecticides : lutte contre les insectes.

Il en existe une très grande hétérogénéité : environ 1 000 substances actives ont déjà été mises sur le marché, actuellement 309 substances sont autorisées en France.

 

Le saviez-vous ?

La France est le 1er consommateur européen de pesticides, 4ème au niveau mondial derrière les Etats-Unis, le Brésil et le Japon.

78 000 tonnes de pesticides ont été utilisées en 2008.

Les risques pour l'environnement

La plupart des pesticides ne sont pas sélectifs et ont de véritables conséquences sur la biodiversité : élimination d'insectes utiles pour la pollinisation des fleurs ou des insectes auxiliaires naturels de culture, dégradation de la qualité des sols, fragilisation de la plante elle-même, etc.

Sources : MEDDE, INSERM

La perte dans l'environnement diffère selon les propriétés de la molécule et des paramètres extérieurs (sols, lieux, mode d'application, conditions climatiques…). En effet, seule une partie de la quantité épandue atteint réellement la cible visée et les pesticides peuvent atteindre des animaux et/ou des plantes « non cibles », être stockés puis relargués dans l'eau contenue dans le sol, être emportés par ruissellement ou percolation, s'évaporer, être emportés par les vents ou dériver vers l'atmosphère avant que le produit ne puisse atteindre le sol.

La rémanence des pesticides dans l'environnement peut varier de quelques heures ou jours à plusieurs années. Ils sont transformés ou dégradés en nombreux métabolites. Certains, comme les organochlorés persistent pendant des années dans l'environnement et se retrouvent dans la chaine alimentaire.
Les molécules contenues dans les pesticides peuvent être à l'origine de perturbations au sein des écosystèmes contaminés, de par leurs effets toxicologiques potentiels sur les organismes.

Source : Ecophyto ZNA

Illustration Dominique Charron
Illustration : Dominique Charron

 

Les risques pour la santé

Depuis les années 1980, des enquêtes épidémiologiques (notamment au sein de l'INSERM) ont évoqué l'implication des pesticides dans plusieurs pathologies chez des personnes exposées professionnellement à ces produits, en particulier des pathologies cancéreuses, des maladies neurologiques et des troubles de la reproduction. Ces enquêtes ont également attiré l'attention sur les effets éventuels d'une exposition même à faible intensité lors de périodes sensibles du développement (prénatale, périnatale et pendant la petite enfance).

Source : INSERM

L'exposition aux pesticides peut être directe (contact lors de l'application, passage sur un site traité) pour les utilisateurs professionnels (agriculteurs, agents d'entretien en collectivités, prestataires de services, agents d'entretien d'infrastructures de transport, etc.) mais également pour les particuliers qui en utilisent pour l'entretien de leurs jardins, cours et potagers. L'exposition aux pesticides peut aussi être indirecte ou secondaire (par l'eau consommée, par l'alimentation, par l'air respiré…).

Source : Ecophyto ZNA

Le saviez-vous ?

Le captage du Longeron, sur la Sèvre Nantaise, est l'un des captages en eau potable identifiés en France comme étant menacés par les pollutions diffuses. La dégradation de l'eau brute par les pesticides en est l'une des causes.

Quels sont les résultats des suivis de la qualité des eaux en pesticides sur le territoire ?

Consulter-les sur la page de l'observatoire: http://www.sevre-nantaise.com/observatoire/qualite-eau-pesticides

Que dit la Commission Locale de l'Eau du SAGE de la Sèvre Nantaise ?


L'enjeu d'amélioration de la qualité de l'eau est un enjeu majeur défini par la CLE du SAGE. La qualité des eaux superficielles est particulièrement dégradée par les pesticides sur le bassin versant de la Sèvre Nantaise. La CLE a fixé les objectifs de qualité suivants :

  • ne pas dépasser les valeurs de 0,1µg/L par substance active détectée,
  • ne pas dépasser 0,5µg/L pour le cumul des substances actives quantifiées à l'horizon 2021

Ces objectifs correspondent aux normes relatives aux eaux distribuées pour l'alimentation en eau potable (qualité de l'eau « au robinet »).

0,1 µg/L
c'est l'objectif à ne pas dépasser pour chaque substance active. 1 seul gramme de substance active suffit à polluer 10 000m3 d'eau (soit l'équivalent de 10 kilomètres de cours d'eau d'1 mètre de largeur et de profondeur).

Pour atteindre ces objectifs, la CLE du SAGE a défini un plan d'actions visant à réduire tous les usages de pesticides qu'ils soient agricoles ou non agricoles. Trois sous-bassins versants ont été définis comme prioritaires pour la mise en place de ces actions : Sèvre aval, Sanguèze et Maine Aval.

  • Disposition 15 : Réduire le recours aux pesticides par la modification des pratiques agricoles
  • Disposition 16 : Favoriser la conception, l'aménagement et l'entretien des espaces urbains et paysagers limitant le recours aux pesticides
  • Disposition 17 : Favoriser l'utilisation de techniques alternatives au désherbage chimique sur les réseaux de transport
  • Disposition 18 : Sensibiliser les usagers à la problématique des pesticides et aux techniques alternatives

Pour prendre connaissance des dispositions du PAGD du SAGE de la Sèvre Nantaise sur cette problématique, reportez-vous à l'orientation QE.5 Réduire l'utilisation des pesticides d'origine agricole et non agricole.

 

Contact :

Line FILLONNEAU

Animatrice de bassin versant Moine Sanguèze

Etablissement Public Territorial du Bassin de la Sèvre Nantaise

Moulin de Nid d'Oie 10bis route de Nid d'Oie CS 49405
44194 CLISSON Cedex

02.51.80.09.51

02.51.80.50.11

Envoyer un message